Bribes de bavardage




Artiste : Scorpions

(Rock/Classic Rock)

Album : Return to Forever

Label : Sony Music
Date : 23 février 2015

01. Going Out With A Bang
02. We Built This House
03. Rock My Car
04. House Of Cards
05. All For One
06. Rock’n’Roll Band
07. Catch Your Luck And Play
08. Rollin' Home
09. Hard Rockin' The Place
10. Eye Of The Storm
11. The Scratch
12. Gypsy Life
13. The World We Used To Know (bonus Deluxe Edition)
14. Dancing With The Moonlight  (bonus Deluxe Edition)
15. When The Truth Is A Lie

(bonus Deluxe Edition)
16. Who We Are

(bonus Deluxe Edition)
17. Delirious (bonus iTunes)

Line Up :

     Klaus Meine (chant)
  Rudolf Schenker (guitare)

Matthias Jabs (guitare) 

  Paweł Mąciwoda (basse)
James Kottak (batterie)


Photo : Hugues Chantepie (Ugo)

 (Tout droit réservé - copie interdite)


Discographie :
Return to Forever (CD - 2015)
Sting in the Tail (CD - 2010)
The Final Sting - Radio Sprcial

(CD - 2010)
Humanity Hour 1 (CD - 2007)
Unbreakable (CD - 2004)
Eye II Eye (CD - 1999)
Pure Instinct (CD - 1996)
Face the Heat (CD - 1993)
Crazy World (CD - 1990)
Savage Amusement (CD - 1988)
Love at First Sting (CD - 1984)
Blackout (LP - 1982)
Animal Magnetism (LP - 1980)
Lovedrive (LP - 1979)
Taken by Force (LP - 1977)
Virgin Killer (LP - 1976)
In Trance (LP - 1975)
Fly to the Rainbow (LP - 1974)
Lonesome Crow (LP - 1972)



On peut surprendre parfois des bribes de conversation où peuvent éclater certaines vérités, indiscrétions, évidences…

Photo : Hugues Chantepie (Ugo) - (Tout droit réservé - copie interdite)


Tendons une oreille en direction de Rudolf Schenker et Klaus Meine du groupe Allemand Scorpions lors de leur conférence de presse dans les locaux de leur maison de disques Sony Music. Morceaux choisis…

Propos recueillis par Stéfouille le 09 février 2015.


Finalement, de retour : Oui, nous avons changé d’avis (rires) ! Après notre tournée d’adieu de trois ans

qui s’est achevée en 2012, nous avions visité près de 30 pays avec toujours autant d’énergie, on s’est rendu compte que nous avions tous les soirs trois générations de fans sous les yeux. Le doute s’est alors mis à planer dans le tour-bus. Une tournée d’adieu, ce n’est pas facile à envisager pour un groupe qui tourne depuis aussi longtemps. Le déclic c’est les « MTV Unplugged » qui sont venus nous trouver fin 2012. Franchement, on se voyait mal refuser et dire « Désolé, vous arrivez trop tard. Nous en avons marre ».

Donc nous voilà à préparer ce show, et là on se dit pourquoi ne pas inclure de nouveaux morceaux spécialement pour cette occasion histoire de rendre tout ça un peu plus attractif ?
De plus, l’année précédente, nous avions déjà enregistré des morceaux des années 80, et même si nous

ne pensions pas alors à un nouvel album, il y avait une bonne matière à exploiter.

Le nouvel album : Après les « MTV Unplugged » et quelques concerts en Allemagne, nous sommes retournés en studio pour écrire de nouveaux morceaux. Ajoutés à ceux des années 80, l’album « Return to Forever » comptait 19 chansons, le choix n’a pas été facile pour n’en garder que 12. Au final nous avons

6 nouveaux titres et 6 anciens. Ça fait un bon équilibre !

Les 50 ans : Nous nous devions de les fêter dignement ! Nous avons donc décidé de le faire non seulement avec ce nouvel album, mais également avec la sortie d’un film : « Forever and a day » dont l’avant-première mondiale vient d’avoir lieu à Berlin. Nous espérons avoir une avant-première à Paris très bientôt. C’est donc une longue histoire, mais nous y voilà, en 2015, excités, mais également privilégiés d’être là, après toutes

ces années. Et de voir que le jeune public est là aussi à nos concerts, c’est fantastique et ça donne tellement d’inspiration.

l’anecdote : pendant le travail en studio de l’album, je suis allé chercher dans mon bureau de vieilles chansons que nous avions écrites dans les années 80. Et en cherchant ces chansons, je suis tombé sur

un livre de comptes de ma mère. Dans ce livre était indiquée la somme que nous avions empruntée à

mon père pour nous permettre de sortir notre premier album… C’était en Septembre 1965…

Vous savez, quand on a commencé à gagner un peu d’argent ; on gardait de l’argent de poche et le reste,

on remboursait mon père…  Je suis donc redescendu au studio avec ce livre de comptes que j’ai montré aux gars. Et c’est là qu’on a pris conscience que le groupe avait 50 ans ! Une telle longévité dans le rock

est extrêmement rare et nous avons été motivés à la fêter.

Le premier single « We built this house » : Les paroles disent « we built this house on a rock ».

Ce n’est pas simplement une maison, mais une maison bien spéciale, c’est une image très exacte car

nous avons construit notre carrière pas à pas, brique par brique. Nous avons traversé des hauts et des bas, des mouvements musicaux différents et nous avons survécu aux années 90, dominées par le rock alternatif. Tous les classic rock bands  d’aujourd’hui ont été les nouveaux groupes d’hier, et tu dois être très fort pour traverser cela et faire ton chemin. L’amitié, véritable philosophie au sein d’un groupe comme Scorpions,

est d’une grande importance, particulièrement quand la vie n’est pas glamour, et ne te veut pas que du bien. On se serre les coudes et ensemble, on est fort comme un rock. Nous sommes d’ailleurs peut être

plus fort que jamais. Cette amitié, cette passion qui nous unit, cette inspiration commune (Led Zeppelin entre autres), tout ça fait que nous sommes encore là et que nous continuons à partager avec notre public

ce qu’on ne trouve pas sur Internet : les émotions. C’est d’ailleurs ce que nous essayons de donner chaque soir : des émotions et de la passion.

Les albums de Uli John Roth ou les reprises des anciens membres de Scorpions : Nous ne jugeons pas si c’est bien ou mal. S’ils le font c’est qu’ils sentent qu’ils ont envie ou besoin de retoucher à l’Histoire.

Je pense plus particulièrement à Uli qui a quitté le groupe pour pouvoir s’investir dans des projets solos. Maintenant qu’il revient à travailler sur les morceaux qu’il a joués avec Scorpions, on se rend compte

que c’est peut-être ce qu’il a fait de mieux dans sa carrière. Il y avait une bonne alchimie entre nous ;

on s’inspirait et ça fonctionnait bien. Même Eddie Van Halen dit que « Catch A Train », qu’il a lui-même repris, est une des plus belles chansons qui soit. Nous avons fait partie du même groupe et nous n’avons pas à leur donner la permission de rejouer nos chansons. Ils ont forcément de bonnes raisons de reprendre ces chansons, peu nous importent ces motivations.

Avec le recul, vous prendriez la même voie et feriez les mêmes choix ?
Je pense que oui car tout est conditionné par la période à laquelle vous vivez. En grandissant, nous nous sommes inspirés des meilleures musiques de l’époque et les artistes au début des années 60 étaient extraordinaires, d’une grande qualité. Musicalement parlant nous avons eu de quoi nous inspirer. Et puis nous nous sommes construits en tant que groupe. Avec le temps nous avons appris à trouver notre propre alchimie, notre propre recette de longévité qui est l’amitié et le travail d’équipe. Nombreux sont les groupes qui ont implosé au fil des années à cause d’égos surdimensionnés de leurs membres. Nous avons joué dans des petites salles intimistes et devant des milliers de spectateurs, ce n’est pas la même approche ni le même exercice. Il est plus difficile de jouer dans des petites salles, où le contact est bien plus réel avec le public, plus intimiste. La passion et l’amitié nous ont toujours guidé dans nos choix.

Les « Cover Bands » : Certains sont très, très bons, d’un excellent niveau. Mais il faut que chaque groupe trouve sa propre recette … Chaque génération à son « héro ». Tout est connecté à l’époque à laquelle

vous vivez, vous avez grandi. Dans notre cas, nous avons grandi après la guerre, avons connu le mur de Berlin et avons vécu son effondrement. Tous ces faits sociétaux, politiques et historiques imprègnent

un groupe. Il ne peut donc y avoir un nouveau « Scorpions ». Des groupes peuvent peut-être s’inspirer

de Scorpions, mais chaque groupe doit trouver sa propre voie. Vous savez, ado nous voulions être les Beatles ou les Stones et nous sommes devenus Scorpions !

L’avenir : Nous ne pensons pas plus loin que demain. Tout ce que nous savons c’est que nous sommes là, aujourd’hui, en face de vous. Juste très heureux d’être ici aujourd’hui avec ce nouvel album et le film. Faire des plans maintenant, ça n’a pas vraiment de sens. Au cours de ces dernières semaines, derniers mois nous avons perdu des amis très proches, et nous avons traversé des moments très durs. Ces amis nous manquent vraiment beaucoup. On prend conscience que tout peut basculer très vite. Alors nous savourons la sortie de l’album et du film et les émotions que cela peut nous procurer. Nous profitons du bonheur d’être en vie aujourd’hui. Notre vie, notre métier est un peu comme un marathon, mais nous sommes en forme, heureux et nous espérons tenir le coup encore longtemps.