Report Live AqME / Headcharger/ Grit

Maroquinerie / Paris / samedi 4 novembre 2017

 


Le jour tant attendu est enfin arrivé. Je me déplace vers la Maroquinerie pour le concert sold out d’AqME en pleine reconquête avec leur dernier opus « Eponyme ». La montée de Ménilmontant se mérite avec les 20 kilos sur le dos ! Mais l’enjeu est de taille ce soir, réussir à figer sur un cliché Vincent Peignart-Mancini, le nouveau Zébulon charismatique du combo, Monsieur 100000 volts ! Tout en sachant que la salle va être déchaînée comme à chaque prestation des Parisiens. Le petit plus de la soirée, les Normands d’Headcharger, leur rock survitaminé et leur sixième album « Hexagram ». En ouverture nous aurons droit aux Parisiens de Grit et leur dernier opus « Shreds Of Tales » aux influences multiples saupoudré d’electro. Les portes s’ouvrent, descente dans la marmite de la Maroquinerie. Emplacement stratégique, mais y en a-t-il vraiment, je ne crois pas…
La salle se remplit doucement, comme à chaque concert. Les lumières s’éteignent et Grit investit la scène pour un power pop plutôt sage, mais plein de subtilités musicales et expérimentales. Ces subtilités ne viendraient-elles pas du fait que le leader Marcus est le fils de Stella Vander, chanteuse du groupe de jazz expérimental Magma ?! Une prestation sûrement mal appréciée, faute au décalage musical important avec la suite du programme. Le mélange des voix est une réelle réussite, des passages de guitare aériens bien sentis, des pointes d’electro et le tout avec le sourire. Mention spéciale de la soirée pour les lights de Grit avec des couleurs vives et chatouillantes. Un set court, maîtrisé musicalement, à l’image de leur toute jeune production. Le combo possède un réel potentiel, il faudrait juste saupoudrer cela d’un grain de folie scénique. Première pause, première bière…

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir !

Deuxième extinction des feux, avec l’apparition d’Headcharger et son leader Sébastien Pierre, casquette vissée sur la tête et chemise de bûcheron. Le combo a l’air déterminé et le set débute avec « Land of Sunshine », gros rock bien velu extrait de « Black Diamond Snake ». Sébastien harangue le public en ce début de set et lui demande de se rapprocher. Avec le deuxième titre « Gutsy move », ça groove, ça joue, c’est parfait, « Mais est-ce que vous êtes là ! ». L’ambiance monte d’un cran à partir de « A long Wait » avec sa rythmique puissante et son petit solo propre à notre bonne vieille musique metal US. Je m’imagine bien au milieu du désert avec ses cactus, paumé dans un vieux bar miteux en train de boire une bonne bière. Putain c’est bon de voyager ! Headcharger a accroché le public et c’est plus que mérité après six albums et un stoner rock bien gras. Le chant de Sébastien Pierre s’est éclairci au fil des ans sans rien perdre de sa rage. Le combo fera la part belle à « Hexagram » avec cinq titres : « Gutsy move », « This is my crime », « A long wait », « The Metamorphosis » et « Dirty like your memories ». Conclusion du set par « You Wanna Dance You Gotta Pay The Band » au tempo rapide et ultra pêchu, le groupe est aux anges. Sourire aux lèvres, ils frapperont et applaudiront des mains le public en guise de remerciement. Chapeau bas les gars pour votre gros rock made in France. Foncez sur vos platines et laissez-vous emporter vers des contrées lointaines où ça sent bon le rock’n’roll…

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir !

Le quatuor d’AqME se fait attendre sur scène pendant l’intro « Ensemble » et la salle bout d’impatience. Les hostilités débutent sans préambule avec le single « Tant d’années ». Vince est tout de suite dans l’action, harangue la foule de gauche à droite de la scène comme un fauve en cage. La sauce monte instantanément et le public chante à tue-tête, les bras levés, cornes du diable, et en redemande. Nous aurons la belle surprise de voir apparaître Reuno de Lofofora lors d’un trop court passage sur le titre « Rien ne nous arrêtera » pour un duo enflammé : le public ne s’y trompe pas, slamant et sautillant. Vince, en bête de scène, se jettera des planches en sautant sur le public pour des slams libérateurs et sera porté telle une icône à bout de bras. Il en viendra même à escalader une enceinte pour se jeter dans les bras de ses fans, sans craindre une mauvaise réception tant l’amour entre lui et ses fans est réciproque ! Vince a un réel besoin de donner et de recevoir et fera son petit tour de chant au creux de la fosse. Le spectacle est partout, aussi bien sur la scène que dans la salle, c’est aussi ça, la force d’AqME, l’esprit de partage – en faisant participer également les fans au micro – et c’est bien cela l’esprit rock’n’roll. L’ombre de l’ancien AqME est en train de véritablement disparaître, le public s’est désormais familiarisé avec les nouvelles versions comme « “Si” n’existe pas » ou « Superstar » interprétées par Vince et ce n’était pas forcément gagné d’avance. Le combo fera la part belle à son dernier album ce soir avec six titres dont « Tant d'Années », « Refuser le silence », « Rien ne nous arrêtera », « Enfant du ciel », « Si Loin » et « Se souvenir », laissant apparaître un chant plus clair de la part de Vince mais encore trop timide en live. J’attendais ce soir un peu plus de douceur dans sa voix, découverte à l’écoute du dernier opus pour casser ce trop-plein d’énergie d’où l’on ressort rincé ! Etienne nous exécutera un solo de batterie exemplaire, il cogne vraiment dur le bougre ! Charlotte, tout sourire, excitera le public en venant frotter sa basse sur le premier rang ; effet immédiat, les… bras se dressent ! Julien reste un peu en retrait à la guitare et c’est dommage, à l’instar d’un Ben très présent à l’époque avec des solos bien sentis, mais la nostalgie n’a pas sa place ici ce soir. Laissez donc un peu de place à Julien et sa guitare ! La sueur sera bien entendu de mise dans ce joyeux bordel et ça pique les yeux ! Une prestation réussie pour le AqME 2017, le laisser vieillir un peu va nous donner un cru exceptionnel dans les années à venir, le rock français « Is Not Dead » ! Merci Messieurs dames, et comme vous le rabâche Vince, montrez vos dents ! Il est encore temps de sourire…

 

Texte & photos : © Hugues Chantepie pour boosteleson.com

Merci à Sabrina de Verycords  &  Rage tour

 

Set list AqME : Tant d’années, Avant le jour, Superstar, Uniforme, Enfants de Dieu, Refuser le silence, Une autre ligne, Le rouge et le noir, Rien ne nous arrêtera (avec Reuno de Lofofora), Si loin, Pornographie, La réponse, Drum solo, Enfants du ciel, Se souvenir, Ce que nous sommes, « Si » n’existe pas

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir !