Live Report CHARGE + Guests


Arma Gee - Hevius - Let them burn – Charge le 29 mars 2019 – La Boule Noire – Paris
Texte et photos © Christophe Favière / Accréditation Replica Promotion


Quelques jours après une interview des plus sympathiques, je m’apprête à retrouver Charge à la Boule Noire à l’occasion de la sortie de leur album « Ain’t The One ». Les Parisiens ont invité trois groupes aussi différents les uns que les autres à partager la scène avec eux.

On commence donc la soirée par Arma Gee, projet alternant la pop et la chanson française. Le chanteur Arnaud Gaydon, papa depuis le matin, était un brin ému de jouer ce soir, d’autant que leurs fans étaient bien présents pour fêter la sortie de l’album « Filigrane ». L'utilisation de l'harmonica ajoute un petit côté folk à la musique, même si je trouve que l'ensemble manque un peu de peps. Dommage car certaines sonorités sont intéressantes comme sur le titre « In The Mountains » virant sur des rythmes reggae. Il manque juste un brin de folie pour que les titres décollent vraiment et enflamment l'assistance...

Cliquez sur les photos pour faire défiler


S’en suit la petite claque de la soirée. Hevius, une formation évoluant dans le pur Heavy Metal à la Maiden, Halloween et compagnie. Le gros son des franciliens, assorti à une technique impressionnante et un sens de l’humour de tous les instants, comblent leurs fans et ravissent ceux qui ne connaissaient pas (comme moi !). Pour vous dire le niveau de sérieux, les quatre larrons nous gratifient d’une formidable reprise des « Démons De Minuit » d'Image avec un gros break disco (prouvant une fois de plus qu’une bonne utilisation de la wha-wha peut faire la différence) et se termine en un joyeux bordel Metal. On pourrait presque se croire à un concert d'Ultra Vomit en moins potache ! L'énergie et les sourires affichés font plaisir à voir et sont communicatifs. Pour info, un nouvel album ne devrait pas tarder à voir le jour. On vous en reparlera…

Cliquez sur les photos pour faire défiler


A peine le temps de se remettre de la prestation d’Hevius, que les maîtres de la soirée investissent la scène. Étrangement ils ne passent pas en dernier, le chanteur Ravin m’a expliqué « On n’aime pas trop passer en dernier dans ce genre de concerts, souvent, une partie du public s’en va après avoir vu le groupe qu’ils étaient venus soutenir, et nous notre but c’est aussi de faire découvrir notre musique à ces personnes là ! ». Les parisiens attaquent donc un set à deux cents à l’heure. Pas de palabres entre les morceaux. Urgence et énergie semblent être les maîtres-mots de la soirée, ce qui retranscrit bien l'album. Si leur nouvel album occupe une bonne partie de la setlist, nous avons tout de même droit à quelques morceaux plus anciens bien énervés. Ils testeront aussi de nouveaux titres sur scène, tels que nouvelle chanson 1, nouvelle chanson 2, nouvelle chanson 3, et oui !!! La technique des musiciens est irréprochable. Les deux basses fonctionnent à merveille et ne se gênent jamais. Un groove de tous les instants, associé à un gros son, confirme les premières impressions à l'écoute de l'album et laisse entrevoir un bel avenir à Charge.

Cliquez sur les photos pour faire défiler


Dernier groupe à monter sur scène, Let Them Burn évolue dans un univers Hardcore mélodique teinté de Trash et de Death Metal. Armé de sa chemise de bucheron, le chanteur arpente la scène et occupe l’espace de belle manière. Il joue avec le public et montre sa belle maitrise vocale. Le reste du groupe déroule un déluge de Metal liquide sur la Boule Noire. Si vous aimez Lamb of God, Devildriver ou encore Machine Head, nul doute que vous devriez apprécier les Parisiens de Let Them Burn.

Cliquez sur les photos pour faire défiler