Firewind

Organisateur : Access live - Backstage by the Mill (Paris) le 22 février 2017

 

A mon arrivée au Backstage by the Mill de Paris, « l’arrière-salle près du Moulin Rouge » comme disent les Français, je rejoins la population naissante venue assister au concert de ce soir et l’on commence d’ailleurs à sentir les trépidations de certains (es) concernant le troisième groupe de Power Metal et tête d’affiche « Firewind », formé par un certain Gus G., guitariste à la réputation solide, entre autres, en live avec un certain Ozzy Osbourne, mais nous n’y sommes pas encore…

Pour le début des hostilités, le combo Scar Of The Sun, groupe de Modern Metal grec originaire d’Athènes, lance l’assaut pour un set de 35 minutes. Le chanteur Terry Nikas débarque sur les planches avec une paire de lunettes façon Steampunk pour un style de musique Boom/Death ou Goth énervé. Pour l’anecdote, un goth énervé ressemblerait, pour moi, plus à un cachet d’aspirine dans une machine à laver qu’à autre chose ! Mais plus sérieusement, la musique du combo est en place et au rendez-vous. Une petite mention spéciale pour le batteur Thanos qui assure une belle prestation, le set sera salué sans hystérie par une foule loin d’être ébahie, mais le changement de plateau nous permet de nous sustenter d’une petite mousse fraiche (mousse au chocolat bien sûr, on travaille, on ne boit pas ! ).

Pour être franc, je serais limite tenté de vous parler maintenant de Firewind plutôt que de Manimal, mais pas d’impatience !

En revenant dans la salle à travers l’incessant va-et-vient vers le bar, je croise des flight cases libellés du nom Manimal et je ne peux, vu mon âge et ma bêtise, m’empêcher de penser à la série des années 80 (un homme capable de se transformer en n'importe quel animal, enfin bref je m’égare !)
MANIMAL groupe Suédois originaire de Göteborg, à ne pas confondre avec le groupe Français, envoie le boudin dès les premières notes. On assiste à un set de folie, une voix aigüe, de bons petits riffs Heavy/Powermetal, le tout conforté avec l’apparition du chanteur affublé d’une camisole sur la fin du concert. Une très bonne sensation et le public qui tapait du pied d’impatience a réussi à se nourrir de ces quarante minutes jouées avec passion.

Petite pose, petite mousse ! Cette fois bière car, oui il fait soif !

Arrive Firewind, groupe de Heavy Metal /Power bien ficelé avec sa tête d’affiche Gus G., Guitar Hero reconnaissable, affublé d’un blouson sans manche à clous, s’approchera au plus près du public pour ses solos tant attendus par une fosse aux poings levés chauffée par tant d’impatience. Headbanging à foison avec levée de guitare en harmonie. Traditionnels jeux de guitare derrière la tête comme sur «The Fire and The Fury ». Petite pose musicale en pleine lumière avec le slow « Lady Of 1000 Sorrows ». Que l’on aime ou pas, techniquement ça avoine, bien que j’ai trouvé le concert dans son ensemble un peu facile avec un certain essoufflement à la longue, mais ce n’est que mon avis car j’ai toujours eu du mal à aller voir un groupe qui au final ne tourne que sur un musicien. Le Trak List laissera la part belle à six morceaux du dernier album « Immortals ». Dans l’ensemble le show reste excellent, aussi bien techniquement qu’au niveau de l'énergie et du partage avec le public.

Setlist Firewind : 1 Ode to Leonidas, 2 We Defy, 3 Head Up High, 4 Few Against Many, 5 Between Heaven and Hell, 6 Back on the Throne, 7  Hands of Time, 8 Wars of Ages, 9 Lady of 1000 Sorrows, 10 World on Fire, 11 The Fire and the Fury, 12 Mercenary Man, 13 Tyranny, Encore : 14 Live and Die by the Sword, 15 Falling to Piece.

 

Texte et Photos : © Lykh’Arts

 

 

Cliquez sur les photos !