Fleshgod Apocalypse  - Le Petit Bain

Organisateur : Access Live - Le 18 Janvier 2017

 

Ce 18 janvier 2017, le petit Bain s’habille d’une ambiance Italienne de la renaissance, entre tradition et modernisme, le nouveau rouleau compresseur Fleshgod Apocalypse du Metal extrême brutal, épique et orchestral, pose ses chandeliers, ses costumes d’époque dans un décor Or, digne d’une comédie musicale à la cour, afin de nous présenter son nouvel album « KING ». Les deux premières parties, Nightland, groupe de Death Metal Symphonique (Italie) plutôt classique et Carach Angren (photos ici), groupe d'Horror Metal (Allemand) granguignolesque, en faisant un peu trop à mon goût, mais tous deux à la hauteur pour chauffer une salle avide de violence, ne laisseront aucun temps mort aux fans et donneront à notre tête d’affiche tous les atouts pour réussir, tellement le public est remonté à bloc. Le noir s’abat enfin et les premières notes de la « marche Royale » amorcent l’arrivée, plutôt théâtrale, dans les lights bleues, de Veronica Bordacchini, la choriste masquée, brandissant et tapant un sceptre, symbolisant sûrement cette période de grands changements culturels que fut la renaissance italienne. Nos Italiens de Fleshgod Apocalypse réussiront-ils leur pari de faire rayonner leur metal dans un futur proche au sein de notre veille Europe pour marquer à jamais une certaine éternité musicale ? L’entrée du combo sur «In Aeternum » donne le ton immédiatement sous les cris et les chants de la fosse. Nous aurons droit à une petite lecture de la part de Tommaso en introduction de « The Violation », d’ailleurs les italiens ponctueront leur set par de nombreux petits interludes pour une entrée en communion. Sans conteste, le public est présent au Petit Bain et fera honneur à ses invités prestigieux par tous les codes imaginables du metal, allant jusqu'à une certaine violence traduite par de nombreux mosh pits et circle pit. Tommaso Riccardi, le leader à la voix gutturale, ira jusqu'à réussir à improviser un wall of death dans cette minuscule fosse, la chaleur une fois de plus est à son paroxysme et la sueur nous envahit sous une avalanche de riffs féroces et d’une batterie fortement présente. Cheveux au vent, face à des ventilateurs, les trois frontmans en avant-scène ne s’économisent pas et leur proximité avec les premiers rangs crée une osmose indiscutable. Le claviériste, Francesco Ferrini, sera dos à la fosse, assis à son piano, parfois debout et se retournant pour essayer d’interagir avec les autres membres du groupe. Ses lignes de piano symphonique seront hélas un peu en dedans face à la puissance de nos deux guitaristes et du batteur à la réputation de cogneur. En fin de concert, ils feront un petit cadeau avec le titre "In Honour Of Reason" tout droit sortie de leur premier album « Oracles » pour le plus grand plaisir de l’auditoire. Une soirée efficace en terme d’ambiance et de son extrême, Viva Italia, Vive la Renaissance !
Texte et photos Hugues Chantepie

 

Setlist Fleshgod Apocalypse pour les puristes : Marche Royale - In Aeternum - Healing Through War – Pathfinder - Cold As - Perfection - The Violation - Prologue - Epilogue - Gravity - The Fool - The Egoism - Syphilis - In Honour Of Reason - The Forsaking

 

Cliquez sur les photos !