High On Fire / Enslaved / Report Live

Le 16 octobre 2018 à la Machine Du Moulin Rouge avec Garmonbozia



Direction les entrailles de la Machine du Moulin Rouge de Paris pour revoir Enslaved, groupe de black Metal viking norvégien, tout un programme, mais je vous rassure tout de suite pas de peaux de bêtes, de casques à cornes ou boucliers ! Il ne restera donc comme à chaque concert de Metal que le breuvage divin prénommé «  bière », bu non pas dans une corne, mais dans un simple gobelet en plastique ! Un petit changement stratégique ce soir va s’opérer, avec l’inversion du passage des groupes sur les planches, impératif puisqu’un des vikings d’Enslaved doit rejoindre rapidement ses terres lointaines, non pas en drakkar, mais en avion. Moins magique, certes, mais plus pratique ! Enslaved investit donc la scène relativement tôt, ce n’est pas l’affluence des grands jours, mais c’est plus qu’honorable. Première inquiétude de photographe, noir c’est noir ce soir et ça se confirmera durant tout le set, aucune façade lumineuse, donc résultat « la loose ! ». Mais heureusement Enslaved est un tantinet bavard ce soir provoquant l’allumage de la salle, je pourrai donc vous montrer certains visages ! Ce gros désagrément digéré, le combo, comme à chacun de ses passages, va ravir l’assistance, l'équilibre musical entre violence et plage progressive est toujours finement dosé surtout depuis leur dernier album en date « E ». Le guitariste emblématique, Arve Isdal, est toujours aussi rock’n’roll, fait corps avec sa guitare et balance des riffs de guitare stridents pour le plus grand plaisir des fans, mais toujours dans le noir ! Ça headbangue à tout va aussi bien sur les planches que dans la fosse. Toute la Machine s’emballe et du haut de ses vingt-sept ans de carrière, ce combo a toujours l’inspiration d’un leader du genre, l’énergie et la culture du partage, mais pas des lights ! Le set va exploser avec un chant guerrier repris en cœur par ses loyaux sujets les poings tendus telle une armée de Vikings prêts au combat avec le titre cultissime « Havenless » (Below the Lights de 2013). Le set est un enchaînement de titres incontournables (voir setlist). Une prestation à la hauteur de la réputation du combo à la créativité débordante, s’autorisant un virage plus progressif tout en subtilité. Ce soir telles les paroles de « Havenless » Enslaved a bravé tous les obstacles et gagné une nouvelle bataille musicale « Ils virent la tempête de loin / Mais restèrent braves et audacieux / Dans le noyau de la terre / Du début à la fin. »

Setlist Enslaved : 1- Roots of the Mountain, 2- Ruun, 3- Storm Son, 4- The River's Mouth, 5- Isöders dronning, 6- Sacred Horse, 7- Havenless, 8- Allfǫðr Oðinn.

Cliquez sur les photos !


Voilà donc la nouvelle tête d’affiche, High On Fire, groupe de Heavy Metal, Stoner Trash américain et son huitième méfait Electric Messiah. Le trio va électriser la Machine du Moulin Rouge. Matt Pike, en leader charismatique, recouvert de tatouages, torse nu, va nous rappeler les saveurs, l’esprit du rock’n’roll et déballer toutes ses tripes sur les planches. Nos oreilles sont mises à rude épreuve car le son de High On Fire est puissant, brutal, lourd, rapide, sans concession, le tout arrosé de sueur et de crasse ! Matt Pike ce sont des solos à l’emporte-pièce, rapides et criards, ça tabasse à tout va avec Jeff Matz à la basse et Des Kansel aux fûts pour le plus grand plaisir des fans restés après la prestation de Enslaved. Comme avec un certain Kelley Juett, guitariste de Mothership, on retrouve chez Matt la transgression et l’esprit du « Live » tel qu’il peut exister encore dans les livres d’histoire et c’est magique ! Rappelons que Mat est souvent comparé à juste titre ou non à Lemmy de Motörhead, d’ailleurs le titre choisi pour la fin du set « Electric Messiah » est un véritable hommage à l’icône décédée « …Tous sont émerveillés par les cartes qu’il a jouées / Mon hommage rendu au roi dans sa tombe / Il joue de la basse et il fait fondre son visage… ». L’ambiance est à son comble en cette fin de soirée où les racines du rock’n’roll furent encore bien célébrées à coup de bières et de headbangs. Ce trio endiablé est en train de gravir les marches quatre à quatre et leur signature musicale apparaît doucement dans le grand livre du Rock.


Setlist High Of Fire : 1- Sons of Thunder, 2- The Black Plot, 3- Carcosa, 4- Fertile Green, 5- Rumors of War, 6- Slave the Hive, 7- Steps of the Ziggurat, 8- Spewn From The Earth, 9- Fury Whip, 10- Snakes For The Divine, 11- Electric Messiah


Texte et photos : © Chantepie Hugues - Merci à Tangui & Garmonbozia

Cliquez sur les photos !