Report live Incubus

Olympia le 2 Septembre 2018 avec GDP



Direction l’Olympia pour cette rentrée photographique de septembre pour voir et entendre les rockers californiens d’Incubus, trop rares sur nos terres de France. Depuis 1991, Brandon Boyd et son groupe ont enchanté la planète musicale avec leur rock alternatif à la fois sage et irrévérencieux. Mais avant le gâteau, profitons de la cerise avec une belle surprise dès 19h !


Une boule d’énergie apparaît sur les planches : Ecca Vandal. L’Australie nous parachute un ovni sud-africain ayant su digérer sans effort tant d’influences musicales, aussi bien jazz, rock, hip-hop ou bien pop. Qu’importe, la dame explose littéralement sur la scène avec ses fringues à la sauce grunge hip-hop pop années 80 telle une Gwen Stéfani au sein de No Doubt ou Hayley Williams en leader de Paramore ! Son énergie deviendra contagieuse tout au long de sa prestation et le phénomène s’offrira même un petit tour au milieu du public, qu’elle fera s’agenouiller pour mieux sauter à l’unisson. L’Olympia est séduit sans aucun doute par le set et suivra ce nouveau phénomène à l’avenir prometteur sur nos contrées car la belle accroche partout où elle passe en cette année 2018. Il ne nous reste plus qu’à creuser sa discographie. Phénomène ou pas, nous avons tous passé un excellent moment de musique en attendant le démoniaque Incubus !

 

Cliquez sur les photos !


Démarrage du set avec le titre « Privilège » de 1999 tiré de l’album Make Yourself et célébrant ainsi pour l’occasion le 20e anniversaire de leur premier album majeur. Brandon Boyd n’a pas encore fait tomber la chemise mais l’énergie est bien présente dès le premier titre. Le charisme de Brandon fait l’unanimité parmi le public féminin, certes un peu sage en ce début de set mais plus pour très longtemps. De toute façon le spectacle s’opère en priorité autour de Brandon car les autres membres du groupe restent en partie inexpressifs et peu mobiles. Qu’importe, le beau gosse ce soir enchante l’Olympia, campé devant des écrans en adéquation parfois avec les titres et où le public se retrouve par moments en effet miroir. Suivra « Anna Molly » de 2006, issu de l’album Light Grenades, pour assurément un voyage au sein de la carrière de ce groupe californien incontournable. Nous ferons notre entrée dans le pit photo au quatrième morceau, « A kiss to send us off » ; le bellâtre est déjà chaud et chante chaque titre dans sa bulle avec conviction, émotion et une énergie débordante, trop peut-être car cela l’empêche de communier avec son public venu partager ce moment d’exception. « State of the art » sera le premier titre issu de leur dernier album en date, 8. Incubus ne mettra pas trop l’accent sur ce dernier opus, ne jouant que trois titres seulement dont « Glitterbomb » et « No fun », dommage en ce qui me concerne. Le set s’écoule tel un best-of, à l’image d’un groupe à la création éclectique tout au long de 30 ans de carrière. On pourra regretter quelques faiblesses de Brandon au chant suite apparemment à un petit virus contracté sur la tournée. Parmi ce rouleau-compresseur à tubes, des petites surprises dont une reprise bien sentie de « Wicked game » (Jeu Pervers) de Chris Isaak et quelques notes surprenantes à la fin du titre « Wish you were here » du mythique morceau des Pink Floyd, entre humour et hommage. Le public sera de la fête ce soir et chantera avec délectation les tubes qui ont jonché leur adolescence, car beaucoup de trentenaires sont bien présents, avides de souvenirs d’enfance ! Le démon Incubus a-t-il abusé des femmes ce soir, assurément par son charme envoûtant, à voir les yeux écarquillés et le sourire de certaines fans !


Setlist : 1- Privilege, 2- Anna Molly, 3- Megalomaniac, 4- A kiss to send us off, 5- State of the art, 6- Circles, 7- Echo, 8- Pardon me, 9- Sick sad little world, 10- No fun, 11- Love hurts, 12- Absolution calling, 13- Wicked game, 14- Glitterbomb, 15- Are you in ?, 16- Wish you were here. Encore : 17- Here in my room, 18- Drive, 19- A crow left of the murder.


Texte et photos : © Chantepie Hugues / Merci à GDP pour l’accréditation

 

Cliquez sur les photos !