Report live Korpiklaani + Arkona + Heidevolk

Le 20 Février 2018 à l'Élysée Montmartre / Paris


Un plateau exceptionnel réunissant ce qui se fait de mieux en matière de Folk-Pagan-Metal ce soir à l’Élysée Montmartre. Une tête d’affiche que l’on ne présente plus avec le groupe Finlandais de KORPIKLAANI accompagné pour l’occasion des Russes d’ARKONA, des Hollandais d’HEIDEVOLK  et des Norvégiens de TROLLFEST. La fête risque d’être à son comble ce soir où la bière risque de couler à flots dans une ambiance oscillant entre révolte Batave, croyance païenne, shamanique et folklorique. Le grand rassemblement ouvrira ses portes à 16 h ce qui hélas m’empêchera d’assister à la prestation de Trollfest chantant essentiellement les trolls et les fêtes alcoolisées. J’aurais juste le temps d’apercevoir à ma plus grande joie un Élysée en train de faire la chenille sur les notes festives de joyeux individus grimés comme pour un carnaval. Je me dis que j’ai loupé un véritable moment de joie et de partage et si l’ambiance monte crescendo, je ne sais pas ce qu’il va advenir de nous !

Deuxième volet donc et extinction des feux avec l’arrivée sur les planches du groupe de Pagan Metal néerlandais Heidevolk - formé en 2002 - pour distiller leur passion de la mythologie et de la nature à l’aide de la révolte de la tribu des Bataves contre l’empire Romain. Le combo investit la scène au son de  «Ontwaakt», issu de leur dernier album en date Vuur Van Verzet. Sous les lights bleues, les doubles harmonies vocales puissantes de Mark Splintervuyscht et Lars Vogel nous prennent immédiatement aux tripes accompagnées d’une rythmique puissante et de guitares martelées. C'est l'occasion pour le groupe d'interpréter plusieurs titres de leur nouvel opus sorti en janvier 2018. Sur le titre « A Wolf In My Heart », fait d’harmonie vocale et d'une simple rythmique, la fosse reste subjuguée par la performance et de cette ambiance de légendes germaniques. Sans aucun doute, le groupe sait mettre l’ambiance et ne se prive pas d’haranguer la salle déjà chauffée à bloc par Trollfest. Les néerlandais réussissent à doser leur set à la perfection entre titres à l’énergie dansante et ceux plus intimistes, plus traditionnels et leurs histoires ancestrales. Une très belle découverte en ce qui me concerne, d’où mon achat du vinyle au marchandising ! Douze titres magistraux viennent de s’écouler et tout cela mérite bien une bonne bière.

Setlist d'Heidevolk : 1- Ontwaakt, 2- Ostara , 3- A Wolf In My Heart, 4- Het Wilde Heer, 5- Yngwaz' Zonen, 6- Britannia, 7- Tiwas, 8- Saksenland, 9- Drakgelag, 10- De Hallen Van Mijn Vaderen, 11- Gungnir, 12- Vulgaris Magistralis (Normaal cover)
Cliquez sur les photos !

Troisième volet en forêt de l’Élysée, une nouvelle éclipse et c'est au tour des Russes d'Arkona d’enclencher leur set shamanique. C'est en 2002, sous l'impulsion de la chanteuse Masha que la formation voit le jour. Le combo se rencontre au sein d'une communauté païenne et crée alors un groupe en hommage à la nature, aux croyances païennes et à l'histoire de leur Russie natale. Masha, encapuchonnée dans ses haillons, entre en scène, s’installe devant son micro, tambourin agrémenté d’un crâne d’animal et frappe, chante avec l’énergie d’une guerrière mystique en transe. La messe païenne vient de débuter sous les applaudissements et les hurlements et la salle explose lors des premières notes de « Shtorm ». Un souffle épique souffle alors sur l’Élysée Montmartre. Seul bémol, le son n’est pas à la hauteur et s’avère très brouillon. Malgré tout le public est bien présent avec les danses, sautillements, pogos… Masha reste maître de la scène, saute, se contorsionne et laisse peu de place à ses musiciens légèrement absents dans leur bulle, à part peut-être le flûtiste plus entrain à se montrer en front de scène. Le public est bien présent et ne lâche rien durant cette soirée de partage comme sur le titre « Tseluya Zhizn » ou « Goi, Rode, Goi! ». Croyez-vous que je mérite une bonne bière ? Eh bien oui, car la soirée n’est pas terminée et ces fêtes païennes m’assèchent la gorge.

Setlist d'Arkona : 1- Mantra (Intro), 2- Shtorm, 3- Tseluya Zhizn, 4- Khram, 5- V Pogonye Za Beloy Tenyu, 6- Mantra (Outro), 7- Arkaim, 8- Goi, Rode, Goi!, 9- Zakliatie, 10- Stenka Na Stenku, 11- Yarilo
Cliquez sur les photos !

Quatrième volet de la soirée, « LA » tête d’affiche Korpiklaani faisant partie des précurseurs, dès 2003, du nouvel engouement pour la musique folk traditionnelle comme Finntroll , Moonsorrow ou Ensiferum et l’intérêt du public pour les textes mythologiques en finnois et en anglais du grand Nord. les premiers accords retentissent sur les planches et le public se déchaine une fois de plus, increvable et bien décidé à faire partie de la fête. Festif avez-vous dit ? sans aucun doute en ce qui concerne ces Finlandais aux neuf albums et actuellement en studio, travaillant sur la suite de «Noita » datant déjà de 2015. «Forêt finlandaise et légendes, le tout arrosé de bière » serait la maxime appropriée à Jonne Järvelä et ses sbires qui aiment voir les gens devenir fous au son de leur musique. Combiner des mélodies accrocheuses, un contenu ludique amusant et une performance live festive est devenu l’un des fers de lance du combo et la salle blindée de ce soir en est la preuve. Jonne est visiblement en forme, arborant un grand sourire en entrant sur scène affublé d’un chapeau et d’une veste à franges. Après l’introduction « Tanhuvaara » les premières notes de « Happy Little Boozer » issu de l’album « Tales Along This Road » de 2006 mettront tout le monde à l’unisson. Il faut reconnaitre que la salle a bien été bousculée et chauffée depuis Trollfest. Jonne est très mobile, en voix et harangue la foule pourtant acquise à sa cause. Comme à leur habitude, la part belle est donnée aux instrus plus traditionnels comme l’accordéon avec Sami Perttula ou le violon avec Tuomas Rounakari tous de blanc vêtus et chapeau haut de forme. Les deux acolytes ne sont pas en reste pour le spectacle et sont collés en front de scène pour mieux être en communion et recevoir toute cette énergie positive s’échappant de la fosse. Le set se déroule en combinant, comme une véritable machine de guerre, les éléments métalliques, heavy metal et toutes ses influences folkloriques, le tout agrémenté d’un son de qualité. Malgré des textes inspirés de la nature et des légendes du grand Nord, il ne fait pas froid ce soir lors de cette grand-messe festive où la bière est également accueillie avec ferveur, à la vue des va-et-vient de tous ces pélerins. Que dire sur les titres du set, « Tubes » est un maigre mot (voir setlist) « Wooden Pints », « Ruumiinmultaa », « Lempo », « A Man With A Plan » et tant d’autres sont transcendés par un public en transe remplis de joie et de bonheur. Au sommet de son art, Korpiklaani est désormais incontournable et nous attendons avec impatience leur dernier méfait actuellement en préparation d’après les rumeurs entendues dans les forêts du grand nord. Que de mieux pour terminer cette date magistrale que le titre « Vodka » issu de l’album Karkelo de 2009. À votre santé Messieurs et Dames ! « Vodka, essuie tes larmes / Vodka, enlève tes peurs / Vodka, tout le monde est magnifique Vodka / ouais vodka… / Boire est bon pour toi / Et vous vous sentirez génial… Hey!… » (L’abus d’alcool est dangereux pour la santé)

Texte et photos : © Chantepie Hugues / boosteleson
Merci à Tangui & Garmonbozia


Setlist de Korpiklaani : 1- Introduction – Tanhuvaara, 2- Happy Little Boozer, 3- Pilli On Pajusta Tehty, 4- Tuonelan Tuvilla , 5- Wooden Pints, 6- Lempo, 7- Erämaan Ärjyt, 8- Ruumiinmultaa, 9- Petoeläimen Kuola, 10- Vaarinpolkka, 11- A Man With A Plan, 12- Metsämies, 13- Cottages and Saunas, 14- Rauta, 15- Chanson issue de leur prochain album en cours de préparation, 16- Hunting Song, 17- Sahti, 18- Tequila, 19- Beer Beer, 20- Vodka

Cliquez sur les photos !