Report Live KYO

AccorHotels Arena le 24 novembre 2018 avec Arachnée Productions



Direction AccorHotels Arena pour le premier « Bercy » de leur carrière, souvent décrié à tort et sans véritable raison, KYO investit les planches ce soir et accueille au sein de sa « kyosphère » les fans les plus fidèles d’hier et d’aujourd’hui. Car Kyo a toujours la fibre « dans la peau », a su renouveler son public depuis 1994 avec brio et depuis son retour en 2014 a retrouvé sans aucun doute « l’Équilibre ». Le public s’est déplacé en masse dans un AccorHotels Arena pratiquement plein pour sentir et dévorer à pleines dents leur madeleine de Proust, hier 10/15 ans et aujourd’hui 25/35 ans, comme quoi les saveurs de l’adolescence ne s’effacent jamais. Kyo est donc bien de retour sous une sphère plus pop, plus électro sans pour autant renier un passé textuel dépressif. Nous en aurons la preuve avec une setlist variée traversant une carrière sans faute pleine de remises en question humaines et musicales. Ben habillé d’un costume noir – fini le look de skateur - et sa bande sont heureux sur scène et face à une salle conquise, Ben laissera exploser ses sentiments avec ces simples mots «  Il y en a parmi vous qui êtes là depuis le début et ça fait vraiment plaisir ». Le début du set explose « La Température » …La température grimpe à faire exploser le mercure… le public est déjà conquis, en osmose et avec le morceau « White Trash »  …Embrasé, désarmé / Je me suis constitué prisonnier… et il ne reste plus qu’à suivre aveuglément « Le chemin » …On a parcouru les chemins / On a tenu la distance… Le show est désormais lancé sous des lights à la hauteur de l’évènement et renforçant visuellement chaque titre interprété comme les nombreux classiques du groupe « Dernière Danse », « Sarah » ou « Je saigne encore ». Flo va s’accaparer le micro pour deux titres dont « Plus que mes doutes » dans une ambiance quelque peu différente tant la voix de Ben signe la personnalité de Kyo, toujours sur le fil du rasoir, fragile et envoutante. Une soirée sous le signe de la communion, même si Kyo est devenu plus sage, il a acquis beaucoup de professionnalisme et de maturité. Ma mémoire a oublié certains titres joués mais le « Contact » était bien présent sur le dancefloor et les corps se sont désarticulés sans complexe le sourire aux lèvres. Le fluide est passé ce soir et comme le souligne le titre phare «  le graal » …Comme Indy j'ai cherché le Graal / la jeunesse éternelle… et je crois que tous les fans l’ont trouvé pour un soir !

Texte et photos : © Chantepie Hugues
Merci à Pierre R. d'Arachnée Production

 

Cliquez sur les photos ci-dessous !