Mike Shinoda / Report Live "Post Traumatic"


9 mars 2019 au Zénith de Paris avec Warner Music

Photos de Coco Bans à découvrir après le report Mike Shinoda !



9 mars 2019, direction le Zénith de Paris pour assister à un moment particulièrement nostalgique pour une grande partie du public. Ce soir de nombreux tee-shirts et casquettes sont ornés du logo d’un groupe phare des années 2000, porté par la voix enchanteresse du regretté Chester Bennington, figure de prou avec Mike Shinoda du désormais groupe mythique Linkin Park. Pourtant ne nous y trompons pas, ce soir ce sera le Californien Mike Shinoda sur les planches et là est la véritable question ?! Mike vient défendre son avenir et son album solo cathartique "Post Traumatic" paru en juin 2018, pour essayer de transcender, surpasser l’image de Chester collé, associé à sa carrière d’artiste depuis un triste juillet 2017. « Être où ne pas être : telle est la question » !

Le Zénith a fait une cure d’amaigrissement ce soir, mais toutes les places restantes pour l’occasion sont attribuées au millimètre ! La séance de thérapie musicale peut enfin commencer avec Mike en conteur de souvenirs, pianotant sur son clavier et laissant s’envoler les mots sur « In The End » en milieu de set où chaque fan chante avec émotion les paroles de Chester. Le public est transcendé, pleure, sourit et entre à bras ouverts dans le temple dédié à la voix disparue. Je me demande à ce moment-là comment Shinoda va bien pouvoir s’échapper de la présence morbide de son binôme ancré à lui, tel un fantôme carnivore. Pourtant la soirée est une réussite, force est de constater que la manière de mixer sa carrière solo et les titres majeurs de Linkin Park remporte le succès escompté auprès des fans des deux camps. Il enchaînera avec subtilité « Numb », tube incontournable de l’album Meteora de 2003. Le hip-hop est pourtant très présent ce soir - car n’oublions pas les racines Rap de Mike – mais l’ensemble du show manque tout de même de guitare et de basse. Beaucoup d’électronique et de clavier dans un univers scénique minimaliste aux lights un peu froides et sans grande originalité. Vous me direz, on s’en fout finalement, pas besoin d’artifice pour assister à la renaissance d’un artiste rendant un hommage poignant à son ami disparu !
Revenons un peu en début de set où l’entrée en matière se fait avec « Welcome » (bienvenue) de circonstance et le titre phare de son album Post Traumatic « Ghosts »… Les lumières s'éteignent / Garder chaque souvenir proche / Ce soir est pour nos fantômes / Des fantômes / Des fantômes / Ce soir est pour nos fantômes… et enchaînera avec des titres majeurs de Fort Minor « Remember The Name » et « High Road » (2005)… Un set (voir setlist) en forme de CV pour nous dire qu’il est prêt à être embauché dans sa nouvelle démarche artistique sans renier ce passé qui l’a construit. Finalement tout le monde a donné de la voix ce soir, prouvant l’impact de Linkin Park sur le monde musical pourtant décriés trop facilement à leurs débuts par le microcosme insupportable des bien pensants du Metal et traités de vulgaire Boys Band. Les années ont passé, Mike Shinoda s’était déjà émancipé de Linkin Park avec Fort Minor en 2005, mais vu la situation à ce jour, il confirme ce soir être un artiste à part entière. Il ne lui reste plus qu’à se libérer du fantôme de Chester Bennington qui l’a tristement quitté pour badiner et chanter avec les anges… !

Texte et photos : © Chantepie Hugues / boosteleson.com
Merci à Valentin de Warner Music pour l’accréditation

Setlist : 1-Welcome, 2- Ghosts, 3- Remember The Name, 4- High Road, 5- Roads Untraveled, 6- Watching as I Fall, 7- In Stereo, 8- When They Come for Me, 9- Sorry for Now , 10- Crossing a Line, 11- Waiting for the End / Where'd You Go, 12- In the End, 13- Numb, 14- About You, 15- Over Again / Papercut, 16- Robot Boy, 17- World's on Fire, 18- Prove You Wrong, 19- Castle of Glass, 20- Make It Up as I Go, 21- Good Goodbye / Bleed It Out, 22- Running From My Shadow

 

Cliquez pour agrandir et faire défiler les photos !


Retour en images sur la première partie représentée par le groupe Français Coco Bans et sa chanteuse américaine Allyson Ezell. Allyson Ezell fait le show, paraît habitée par les notes, les mots et se laisse emporter dans une danse chamanique. Leur pop / folk est désormais gravée sur CD depuis le 3 mars avec l’EP, « Fantasy & Parables ». À vous de jeter une oreille curieuse !

 

Facebook : Coco Bans

Cliquez pour agrandir et faire défiler les photos !