Report live Orden Ogan

Petit Bain / Paris / 15 Octobre 2017


Parti pour un tour sur la Seine en ce dimanche soir d’octobre dans la petite salle flottante du petit bain. Il va faire très chaud, le concert d’Orden Ogan est sold out et lorsque j’arrive sur place la file d’attente est déjà impressionnante. La salle du Petit Bain est tout simplement une sorte de sauna musical pour gens habillés ! Descente dans la coque avant l’affluence pour un placement que je crois stratégique ! Ce soir trois groupes, trois nationalités, trois styles un peu différents même si l’ensemble s’harmonise parfaitement. Les hostilités vont pouvoir démarrer, première extinction des feux et premiers cris d’encouragement. Le public ne s’est pas déplacé pour rien et le challenge reste donc de taille, surtout qu’il semble qu’une grosse partie se soit déplacée pour Rhapsody Of Fire. Entrée en scène de Unleash The Archers, groupe de Power Metal Canadien aux chevelures impressionnantes dans le souffle des ventilateurs ! Le combo s’exprime dans une atmosphère épique et mystique renforcée par la voix mélodique de la chanteuse Brittney Slayes. Les riffs sont rapides, accrocheurs et bien enveloppés. La maîtrise technique est là et les cinq membres un peu à l’étroit sur cette scène sont restés mobiles malgré tout, venant facilement en front de scène pour partager et canaliser l'énergie de l'auditoire et l’accrocher. Unleash The Archers a bien mérité sa place ce soir comme un groupe prometteur de la scène Power Metal d’aujourd’hui. Premier défi de la soirée relevé, la salle commence à transpirer et l’ambiance est joyeuse et les verres de bière commencent à circuler.

Cliquez sur les photos pour les agrandir !

Changement de plateau, les roadies s’affolent sur la petite scène avec une organisation au millimètre ! Les lumières s’éteignent à nouveau, l’apparition des Italiens de Rapsody Of Fire est très attendue par le public et l’impatience est palpable, hurlements et bras tendus pour l’entrée en scène de ces solides gaillards avec leur nouvelle formation. Force est de constater que le nouveau chanteur Giacomo Voli est comme un poisson dans l’eau et maîtrise sa voix puissante avec une grande facilité, tout en ayant le sourire, Ah ces italiens, la grande classe ! On oublie même très facilement un certain Fabio Lione ! La performance des musiciens est parfaite, millimétrée et sublimée par l’engouement de l'auditoire, seul bémol, je trouve la batterie très présente, lourde et masquant un peu la dextérité des guitaristes. Six titres présents sur le dernier album « Legendary years » - regroupant 14 des plus grands titres (1997 à 2002) du combo réenregistrés par le Line Up actuel - seront joués ce soir dont « Dargor, Shadowlord of the Black Mountain », « Flames of Revenge », « Dawn of Victory » et prouvent que tous ces chamboulements ne font finalement que renforcer une belle renaissance de Rapsody Of Fire qui reste un incontournable du Metal Symphonique. Pour le public, que dire, ce concert est une réussite, pogos, cornes du diable, quelques slams et du bonheur. Retour gagnant pour Rapsody Of Fire avec le choix d’un chanteur plus que pertinent. 

Cliquez sur les photos pour les agrandir !

De nouveau changement de plateau, il fait de plus en plus chaud, plus qu’à attendre (avec une bière, breuvage incontournable des concerts de Metal) les « Cowboys » Allemands du Power Metal / Heavy et leur nouvel album « Gunmen » ! Entrée des poids lourds désormais en tête d’affiche sous les lights bleues, sous les applaudissements et les « Hé, Hé, Hé ! », le ton est donné immédiatement avec un son lourd mais mélodique. Tout le set sera calqué sur une structure classique, guitare, basse, batterie pour un moment de Power Metal à chanter et à headbanguer. Le frontman Sebastian « Seeb » Levermann a su construire des refrains accrocheurs et l’ensemble fait mouche instantanément. Ce soir, le son est excellent, la technicité et les solos de guitare ressortent bien et sont mis en avant. On pourra peut-être, malgré tout, reprocher au combo d’être un peu trop commercial et leurs déplacements très millimétrés, ne laissant pas beaucoup de place à la spontanéité. Grand moment sur « Come With Me To The Other Side » avec une effervescence communicative du public qui s’égosille durant les refrains, dégoulinant de sueur mais transporté une fois de plus dans une autre dimension. On pourra saluer le beau travail du lighteux qui ne lésinera pas sur les variations de couleurs pour mettre en avant le combo et le bonifier auprès de ses fans. Lors du rappel « The Things We Believe I » nous aurons droit pour le grand final à un lancement de cotillons tirés par les sculptures de cowboy et leurs fusils de chaque côté de la scène, sur le public en folie pour un titre qui vous reste dans la tête, même une fois sorti au grand air ! Un concert parfait pour les amateurs de Heavy, Power Metal, Metal Symphonique et de technicité instrumentale, mais manquant un peu de fantaisie propre à l’esprit rock’n’roll ! Parfait techniquement, mais sans le petit plus qui rend un concert exceptionnel !

 

Texte & photos : © Hugues Chantepie pour boosteleson.com

Merci à Manu et Cyril d’Access Live

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir !