Report live Shaka Ponk

L’AccorHotels Arena le 22 Mars 2018 avec Zouave-spectacles


Ce soir, ce sera direction l’AccorHotels Arena pour assister au fabuleux spectacle MonkAdelic Tour 2018 de Shaka Ponk nos rockeurs 2.0 - Made in France - et nous allons en prendre plein les oreilles, les mirettes et recevoir des milliers d’ondes positives. Shaka Ponk a bien grandi depuis sa formation en 2004 et la minuscule salle de la scène Bastille à Paris où Frah se produisait devant 50 personnes accompagné de Goz son singe interactif projeté sur une simple petite bâche ronde installée sur un piquet, et oui, j’y étais ! Aujourd’hui accompagné de Samaha Sam depuis 2011 et de ses quatre musiciens déjantés, Frah a accompli des prouesses aussi bien musicales que technologiques depuis ses débuts pour atteindre un certain nirvana en live. Nous pouvons le signaler sans complexe, la France, comme à son habitude, n’a pas voulu reconnaître le potentiel de Shaka Ponk à l’époque et il aura fallu un petit voyage chez nos voisins allemands pour avoir l’occasion de voir le groupe signer un contrat, danke ! Force est de constater que Shaka Ponk rassemble dans toutes les chapelles, les purs et durs metalleux, mais également nos amis « bobos » ou tout simplement Monsieur tout le monde accompagné de sa petite famille et la force de ce combo d’exception est avant tout là ! Bien sûr Shaka Ponk à ses détracteurs, mais n’est-ce pas la rançon du succès lorsque l’on fédère autant de monde « ah mais ne serait-ce pas trop commercial » ! Mais en ce qui me concerne, je suis ravi de partager ce moment de pure folie musicale et d’avoir enfin le privilège de pouvoir en photographier les acteurs. J’entre donc dans l’arène, me poste dans le pit photo et assiste au remplissage des 20 000 fans. Shaka Ponk viendra ce soir armé de son dernier méfait « The Evol' » sorti en novembre 2017. Samaha Sam en expliquera le sens ainsi : « « Evol » c'est aussi l'anagramme de « Love » et ça sonne phonétiquement comme « Evil » (Mal) » toute l’ambiguïté humaine renfermée dans un seul mot !  Bon vous l’aurez compris, je commence sévèrement à m’impatienter, mais je ne suis pas le seul, la pression monte et un grondement traverse cette gigantesque salle de spectacle parisienne.
Une première partie s’invite tout de même sur les planches de l’AccorHotels Arena en la personne de Mai Lan, chanteuse Française - fille du graphiste Kiki Picasso, sœur du réalisateur Kim Chapiron (Sheitan) – avec son deuxième opus « Autopilote ». Son mini-set fera son petit effet entre sonorités à consonance électro / dance et balade minimaliste ce qui permettra de patienter et d’amorcer gentiment la fête qui se prépare à exploser.

Cliquez sur les photos !


Le show est lancé, nous sommes tous plongés dans le noir, les premières notes retentissent et les écrans s’allument enfin. Apparition des trois petits singes de la sagesse s’ouvrant au monde en décidant de voir, entendre et chanter ! Goz, le 7ème membre, apparaît alors gigantesque, tape du poing et indique d’un simple geste éclairé l’arrivée des membres du groupe. Le combo est au complet, la salle bouillonne déjà et elle retrouve à cet instant précis son instinct le plus primitif, ce besoin de vivre enfin tout simplement.  Lors du deuxième titre « Killing Hallelujah », issu de leur dernier opus, l’occasion sera trop belle pour Frah de prendre son premier bain de foule en exécutant un premier saut sur le public en totale communion. En continuelle interaction avec les effets visuels en fond de scène, le show nous emporte tel un manège à sensation dans la troisième dimension et en 3D. Dès le titre « On fire » le public est en osmose et reprend le titre à l’unisson et Frah est une fois de plus au contact en agrippant des mains en front de scène. Suivra « Wanna Get Free » et ses effets visuels hallucinants où le déchainement sera total, Bercy sautille sur place et l’on a à ce moment l’impression d’être au sein d’une grosse boite de nuit sautillante où tout paraît possible. Il aura fallu quatre titres pour se rendre compte que Shaka Ponk est désormais une véritable machine de guerre et possède avec Goz - comme Iron Maiden avec Eddie - une mascotte au pouvoir international ! Un concert de Shaka ça ressemble à un cocktail détonnant de Multi-Rock accompagné d’une dose de sueur, de partage et d’énergie rock. Le duo Frah / Samaha et sa crête iroquoise est parfait dans la complicité et fonctionne à merveille. Un des grands moments de la soirée sera à la suite de la demande de Frah au public de lui créer un sentier pour rejoindre sa plateforme au milieu de la fosse, il réalisera alors un énorme Circle Pit. L’appel du guerrier a été entendu et le public s’exécute les bras tendus vers le ciel et tourne tel des fidèles autour du Dieu évolution ! L'un des moments les plus émouvants s’enchainera avec la reprise de Nirvana « Smells like teen spirit », interprétée dans la fosse au milieu du public pour Samaha et dans les tribunes pour Frah avec l’émotion de deux adolescents au sein d’une comédie musicale romantique dans une atmosphère rouge sang ! Grand moment également sur « Gung Ho / war dance » où notre duo, en interaction avec des robots, dansera en harmonie une chorégraphie à la Michael Jackson ! Nous aurons également droit au moment interactif de la soirée où le combo fait revivre ses idoles sur scène avec « Battle Ion vs Goz » où face à leurs personnages modélisés sur le grand écran, Ion et Goz se mesurent à la batterie, Cc croisera le fer avec Kurt Cobain, Steve au clavier se verra affronter Prince et Bowie, Mandris s’attaquera à Lemmy de Motörhead à la basse et le tout fera Shaka BOUM ! Le combo interprétera juste avant le rappel le titre « Palabra Mi Amor » duo avec Bertrant Cantat sur l’album « The Geeks and the Jerkin' Socks » de 2011, Frah lui rendra hommage en milieu de chanson en regrettant qu’il ne soit pas présent ce soir car il faut savoir que le groupe a toujours eu de l’admiration pour Cantat et avoir fait ce duo fut un grand honneur pour eux. Cette soirée magistrale s’achèvera sur deux titres d’Evol – album qui aura été mis largement sur le devant de la scène ce soir avec neuf titres (voir setlist) - « Mysterious Ways » et pour le grand final « Rusty Fonky » résumant avec magnificence cette soirée « Il m'a fait danser, chanter, sauter, un mélange inattendu / Secouer, trébucher, ressentir,....J'AIME MON FUNK ROUILLÉ ». En guise de dessert, Frah s’offrira un dernier bain de foule en slamant dans les bras de ses fans, difficile de se séparer et de partir ! Shaka Ponk ça se ressent et ça se vit en live…

Texte et photos : © Chantepie Hugues / Merci à Laurianne de Zouave-spectacles

 

Set list : 1- The White pixel ape show intro 2- Killing hallelujah 3- On fire 4- Wanna get free 5- Twisted mind 6- Party / Yell 7- Smells like teen spirit (nirvana cover) 8- Bunker 9- Shiza radio 10- Faking love 11- Fear ya 12- Summer camp 13- Gung ho / war dance 14- Share a line 15- Battle ion vs goz 16- I’m picky 17- Palabra mi amor Encore : 18- Mysterious ways 19- Rusty fonky 20- Final

 

Cliquez sur les photos !