Report live Steel Panther/ Fozzy

le 28 janvier 2018 à l'Olympia / Paris


Une fois de plus, direction l’Olympia pour revoir le groupe américain de Glam Métal parodique californien Steel Panther en souhaitant tout de même ne pas avoir droit à trop de sketches et de parlotte ce soir pour plutôt laisser parler les titres fédérateurs du combo.


Mais avant notre tête d’affiche, accueillons le combo Metal / Rock Fozzy avec la vedette des rings de catch Canadien au sein de la WWE, six fois champion du monde, Chris Jericho au chant. Voilà un frontman qui a du poids ! Fozzy est donc de retour avec leur tout dernier opus « Judas », un bon rock US catchy taillé pour les charts du monde entier. Que dire de leur prestation, si ce n’est que ça vous percute les oreilles dès les premières notes du très bon titre « Judas », le groupe est très mobile et complice avec leurs fameuses mélodies très accrocheuses. On ressent instantanément la puissance sur la scène avec des riffs puissants, des refrains à l’emporte-pièce et l’on assiste vraiment à un show de killer ! La communion s’opère avec le public de l’Olympia qui ne tarde pas à réagir aux sollicitations du combo qui ne lâche rien pour faire bouger la fosse. Lors de la reprise de « SOS » d’Abba, l’Olympia s’enflamme un peu plus ! Malheureusement nous n’aurons le droit qu’à trois titres de la nouvelle facette de Fozzy de leur dernier opus : « Judas », « Drinkin' with Jesus » et « Painless », mais qu’importe ça pulse ! Fozzy est tout simplement un rouleau compresseur à l’image de son frontman et vous avez plutôt intérêt à apprécier ses morceaux ! Un combat de 45 mn vient de s’écouler en 9 rounds ! (Voir Setlist).

Setlist FOZZY : 1. Judas, 2. Drinkin with Jesus, 3. Sin and Bones, 4. Painless, 5. Spider in My Mouth, 6. SOS (ABBA cover), 7. Lights Go Out, 8. Bad Tattoo, 9. Sandpaper

Cliquez sur les photos pour les agrandir !

Après cette rentrée en matière plutôt charnue, nous sommes impatients de voir apparaître les maitres du Glam vintage. Malheureusement ce sera cause perdue ce soir, les titres seront beaucoup trop ponctués de vannes et de commentaires graveleux. Malgré tout, l’entrée en scène du combo se fera derrière le rideau rouge et le public laisse éclater sa joie à l’ouverture en apercevant les quatre clowns Michael Starr, Lexxi Foxxx, Satchel et Stix Zadinia. La salle est loin d’être comble ce soir et le cirque grand-guignolesque commence peut-être à lasser le public tellement le show manque de surprise à qui les a déjà vus. Néanmoins pour les fans présents les grosses plaisanteries font mouche et séduisent toujours, Lexxi, qui se recoiffe et se laque sa tignasse devant son miroir, Satchel, le guitariste, qui parle trop et de « petite bite ! » Michael Starr le frontman en clown fédérateur demande entre autre aux demoiselles de l'assistance de nous montrer leurs boobs et le batteur Stix Zadinia, l’homme sage reste muet devant les agissements de ses acolytes pendant le show. Nous aurons droit à une scène minimaliste où trône juste une tenture de fond avec le logo à l’effigie du groupe et un simple podium à l’habillage succin, il est vraiment temps de se renouveler et de gonfler l’effet visuel. Il y aurait tellement de choses à faire, malheureusement toutes ces raisons rendent le show interminable et c’est bien dommage, car nous sommes face à de vrais performeurs musicaux qui sont en train de se tirer une balle dans le pied. Pourtant dès l’ouverture du set avec « Eyes of a Panther » et « Goin' in the Backdoor » on est dans la bonne dynamique et le public répond instantanément, mais une fois de plus nos Glammeurs cassent le show à chaque envolée musicale. Mais reconnaissons que lorsqu’il faut envoyer quelques bombes glam comme "Asian Hooker", "Community property" ou "Party all day (fuck all night)", l’Olympia s’enflamme à nouveau. Satchel reste un maitre de la six cordes, d’ailleurs il démontrera sa virtuosité lors de son solo qu’il commencera en front de scène tout en haranguant un public conquis à sa cause. Il ira par la suite se positionner dans la lumière derrière les fûts de Stix et s’accompagnera de la grosse caisse, moment magistral du concert, comme quoi Messieurs faites ce que vous savez faire à la perfection. Tout cela sera relevé par les titres « 17 Girls in a Row » et « Gloryhole » avec enfin la folie sur les planches avec l’invasion des fans féminines, certaines se dévêtissent pour montrer leurs seins et danser en cadence ! L’esprit est bien là, mais le rythme n’y est pas, ni la folie que le groupe devrait pouvoir nous délivrer avec autant de potentiel ! Seulement 13 titres (voir setlist), chantez, jouez et pitié arrêtez les blagues potaches cela semble interminable…

 

Texte et photos : © Hugues Chantepie
Merci à Replica Promotion pour l’accréditation

Setlist Steel Panther : 1- Eyes of a Panther, 2- Goin' in the Backdoor, 3- Asian Hooker, 4- Tomorrow Night, 5- Wasted Too Much Time, 6- Poontang Boomerang, 07- That's When You Came In, 08- Weenie Ride, 09- 17 Girls in a Row, 10- Gloryhole, 11- Death to All but Metal, Encore : 12- Community Property, 13- Party All Day (Fuck All Night)

Cliquez sur les photos pour les agrandir !