Suede / Gwenno - Report live

La Cigale le 3 octobre 2018 avec Warner Music



Je me dirige ce soir vers la Cigale (Pigalle) à Paris pour le concert de Suede, groupe de rock alternatif incontournable de l’ère de la britpop des années 90. Son leader Brett Anderson est une figure légendaire du rock britannique et lors de ses concerts l’animal se métamorphose pour notre plus grand plaisir en passant du dandy chic au performeur fou dégoulinant de sueur à la Iggy Pop.
Avant notre tête d’affiche, offrons-nous une petite découverte en la personne de la chanteuse Gwenno (née à Cardiff), connue également pour avoir été la chanteuse du groupe féminin The Pipettes. Elle va nous distiller, ce qui n’est pas si courant, un chant cristallin en gallois et en cornique. Dans sa robe blanche un peu rétro, mon cœur balance entre ambiance sixties, seventies et danse celtique en forêt de Brocéliande mais pour le package musical, assurément de la pop psychédélique. Un set plein de vie, de joie, mais étrangement le tout dans une ambiance visuelle glaciale transmise par des lights bleues. Armée de son tambourin à cymbales, de son synthétiseur, la dame en robe blanche nous offre des voix aussi bien criées que chuchotées et propage une ambiance musicale étrange entre passé et présent. De la pop revival, riche de références, bien léchée, enveloppée dans de la ouate, c’est fragile, subtil et dansant. Le sujet est à creuser pour tout amateur de pop acidulée intelligente aux saveurs galloises. La setlist a fait la part belle à son dernier album « Le Kov », mais ne me demandez pas la setlist, c’est incompréhensible ! « Tir Ha Mor », « Eus Keus », « Hi a Skoellyas Liv a Dhagrow »… ?! Comprenne qui pourra…

 

Cliquez sur les photos !


Il est temps de passer au plat principal. Le public est désormais bien présent, les fans sont déjà hystériques, agrippés en bord de la scène, les griffes plantées sur le bord des planches, prêts à bondir sur le quinquagénaire charismatique Brett Anderson. Il me restera un seul choix pour shooter, l’escalier gauche, marche quatre ! Pas vraiment besoin de vous préciser, majoritairement de jeunes lionnes composent les premiers rangs et l’on sent l’hystérie pointer son nez et prête à exploser à l’apparition de la rock star. Mais notre dandy britannique sait faire monter les œstrogènes et c’est derrière un rideau, en ombre chinoise, que Brett se contorsionnera tout en donnant la note pour laisser gentiment monter le désir ! Ce petit jeu sexuel avec le public va s’opérer sur trois titres en guise de préliminaires et faire ainsi monter la sauce sur « As One » (The Blue Hour / 2018), « I Don’t Know How to Reach You » (Night Thoughts / 2016) et « Wastelands » (The Blue Hour / 2018). Cette transe amoureuse sera imagée plus particulièrement avec le deuxième titre où Brett, la main posée avec délicatesse sur le rideau, fera des mouvements de va-et-vient en s’époumonant en vain, en essayant d’atteindre ses fans en liesse « Je ne sais pas comment vous joindre » ! La joie est collective et l’impatience palpable, mais quand va donc tomber ce rideau infernal !? Eh bien ce sera avec l’arrivée du titre « Outsiders » (Night Thoughts / 2016), la Cigale est en folie et s’agite au son de Suede enfin sous la lumière, aux yeux de tous, à travers les spots colorés. La sauce est montée et sur « Cold Hands » (The Blue Hour / 2018) le contact devient de plus en plus chaud, Brett agenouillé chante, se laissant déboutonner sa chemise, caresser le torse et je ne comprends pas vraiment pourquoi les spots restent bleus et ne passent pas dans le rouge ! Dès lors le concert s’emballe avec une avalanche de tubes, « The Drowners » (Suede – 1993), « We Are the Pigs » (Dog Man Star – 1994) ou « My Insatiable One » (Single / 1993). Brett, tel un animal possédé, saute comme un cabri, se retrouve à genoux, allongé au plus près de ces dames, dans toutes les positions inimaginables, les bras et le micro tendus vers son Graal, son public. Le contact avec la salle est impressionnant, la communion s’opère à merveille et tel un iguane dégoulinant de sueur, chemise ouverte, arpente de long en large l’avant-scène et tel un toxico en manque déverse son besoin d’amour et de chaleur. Entre classiques et nouveaux morceaux, le set se déroule à grande vitesse, la machine est bien huilée et se prolonge dans l’euphorie générale. Le moment de grâce, de repos de l’animal se présentera sous la forme du titre « The Big Time » (single / 1993) seul, à la guitare acoustique, assis en toute simplicité sur un retour en bord de scène. Le public est à ce moment-là au septième ciel ! À travers tout ce déballage d’énergie de la rock star, il faut bien reconnaître qu’il est difficile pour les musiciens d’exister scéniquement, mais l’osmose est bien là et le bouquet musical est parfait ! Ce show phénoménal de Suede se terminera cette fois-ci dans le rouge par « Beautiful Ones » (Coming Up / 1996) et la salle chantera encore une fois à l’unisson. Une très belle soirée sauvage, animale avec un engagement hors du commun de Brett Anderson qui fait plaisir à voir, les vieilles icônes du rock n’ont pas fini de nous surprendre. The show must go on !…


Texte et photos : © Chantepie Hugues
Merci à Valentin de Warner Music pour l’accréditation

Setlist Suede : 1- As One (The Blue Hour / 2018), 2- I Don’t Know How to Reach You (Night Thoughts / 2016), 3- Wastelands (The Blue Hour / 2018) - Tomber du rideau : 4- Outsiders (Night Thoughts / 2016), 5- Cold Hands (The Blue Hour / 2018), 6- The Drowners (Suede / 1993), 7- We Are the Pigs (Dog Man Star / 1994), 8- So Young (Suede / 1993), 9- My Insatiable One (Single / 1993), 10- Tides (The Blue Hour / 2018), 11- Roadkill (The Blue Hour / 2018), 12- The Asphalt World (Dog Man Star / 1994), 13- It Starts and Ends With You (Bloodsports / 2013), 14- Filmstar (Coming Up / 1996), 15- Metal Mickey (Suede / 1993), 16- Trash (Coming Up / 1996), 17- Animal Nitrate (Suede / 1993), 18- The Big Time (Brett solo acoustic) (single / 1993), 19- The Invisibles (The Blue Hour / 2018), 20- Flytipping (The Blue Hour / 2018) - Encore : 21- Beautiful Ones (Coming Up / 1996).

Cliquez sur les photos !