Utra Vomit + Furies

L'Alhambra – Paris – 5 Mai 2017

Organisateur : Rage Tour

 

Arrivée à L’Alhambra pour une putain de soirée avec Ultra Vomit pleine de surprises comme dit le public, faisant la queue devant la salle parisienne, suite justement à la sortie de leur nouvel opus « PANZER SURPRISE ». Les sourires sont déjà de rigueur dans la rue et en disent long sur ce qui risque de se passer dans la salle.



Pour un début de soirée, entrée sur les planches de Furies, formé à Paris en 2013, groupe à l’origine composé uniquement de filles. Leur style hard rock ultra vintage (Judas Priest, Kiss ou Mötley Crüe…)  s’exprime désormais en toute parité avec l’ajout à la section rythmique de deux garçons Billy Laser et Sam Flash à la guitare. Mais le charme est toujours de rigueur et bien représenté avec Lynda Basstarde à la basse/chant et Zaza Bathory à la batterie, dont la complicité ne fait aucun doute à travers des regards et des sourires complices. Avec son look cuir, clous et cartouchière autour de la taille,  le groupe Furies portera bien son nom lors de cette soirée en nous jetant à la face une énergie communicative à l’ancienne avec un rock classique mais efficace et joyeux. Un groupe assurément heureux de jouer ensemble, malgré une certaine retenue du public plutôt dans l’attente d’Ultra Vomit et son rock/metal décalé. Pourtant les deux furies reviendront en fin de set de notre tête d’affiche pour un partage plein d’humour avec les membres d’Ultra Vomit. Bravo pour la démonstration qui nous prouve que Furies progresse et que leur nouvelle formule hommes/femmes prend de l’épaisseur.

Set list Furies : Furies attack – Prince of the middle-east – Superstition – The Hellion (Judas Priest cover) – Electric eye (Judas Priest cover) – Fire in the sky – Unleash the furies – Voodoo chains – La guerrière.

 

Cliquez sur les photos ci-dessous !



9 ans après « Objectif thunes », l’album de la consécration, Ultra Vomit sort un nouvel opus, le très réussi « Panzer surprise !», dans lequel il reprend les ingrédients qui ont fait son succès : du metal, de la parodie, des textes loufoques, voire absurdes et il faut un sacré talent pour séduire un si large public avec cette recette. Et ça marche plutôt bien pour les nantais, qui se produisent sur les scènes des festivals au milieu des plus grands groupes de metal et se taillent, à chaque fois, un joli succès.

Le concert commence par une interminable (et un poil énervante !) intro avec musique genre console de jeu vidéo Sega et message sur écran « Mesdames et messieurs veuillez patienter, le groupe procède actuellement à l’accordage de ses instruments ». Dans la fosse, un groupe de joyeux drilles se lance dans une chorégraphie style macarena et donne le ton de cette soirée : portnawak !! Un concert d’Ultra Vomit c’est une immersion dans une autre dimension joyeusement régressive. Le public, bien décidé à se laisser entraîner dans l’univers de ce groupe comparable à aucun autre, va vivre une heure de demi de pure folie et transformer l’Alhambra en une véritable fournaise. Devant une fosse déchainée, Fetus, Flockos, Manard et Matthieu vont enchainer les titres à un rythme effréné, avec une set-list faisant la part belle au dernier opus mais sans oublier leurs titres phares de « Objectif thunes » comme « boulangerie pâtisserie », « Pauv’connard »  ou le tubesque « je collectionne les canards vivants » sur lequel, bien évidemment Andreas, viendra rejoindre le groupe sur scène et se payer le plaisir d’un petit tour de fosse comme d’habitude. Les titres du dernier opus sont taillés pour la scène et déjà repris en chœur par le public quelques jours seulement après la sortie de l’album. Chaque titre de « Panzer surprise ! » est une petite pépite, pas toujours dans la finesse certes (E-TRON, Pipi VS caca), mais ce côté régressif, potache et parfois très débile, il faut bien le dire, offre un sacré sas de décompression à un public qui ne demande que ça. On retiendra, entre autres, les excellents « Un chien géant » parodie de Tagada Jones, « Jésus » et sa reprise de Thunderstruck de AC DC, « Calojira » contraction de Calogero et Gojira et son « face à la mer » inattendu et que dire de « la ch’nille » façon Cannibal Corpse qui verra le public de l’Alhambra se lancer dans une immense chenille ou plutôt un gros bordel il faut bien le dire ! Espérons que cette version de la chenille détrônera l’ancienne dans les mariages, ambiance assurée ! Tout raconter serait trop long, tellement de petites phrases qui font mouche, d’ambiance dans la fosse, de complicité et vannes entre les membres du groupe, tellement de bonheur sur les visages, putain qu ‘on aime ou déteste ce groupe, on est obligé de s’incliner devant tant de ferveur, de second degré, de talent (parce qu’il en faut hein ! pour que ça marche !), d’humour, d’auto-dérision bref ces gars là ne se prennent pas au sérieux et on se surprend à entrer si facilement dans leur univers et à hurler avec eux sans retenue leurs refrains cultes. Rendez-vous le mois prochain au Hellfest pour un méga wall of chiasse et une colossale chenille !!

Set list Ultra Vomit : Looney tunes theme – Fort boyard theme – Darry Cowl Chamber – Les bonnes manières – Un chien géant – E-TRON (digital caca) – Mechanical Chiwawa – Je ne t’es jamait autans aimer – Mountain of Maths – Pauv’connard – Calojira – Takoyaki – Super sexe – Hyper sexe – Boulangerie pâtisserie – Pipi VS caca – Batman VS predator – Welcome to the jingle – Je possède un cousin – Jésus (avec Lynda de Furies au chant) – La Ch’nille – La bouillie IV – Keken (Flockos  à la batterie et Manard au chant) – Anthracte (avec Lynda et Elisabeth de Furies au chant) – I like to vomit – Je collectionne des canards (vivants) (avec Andreas au chant) ------ Kammthaar – Quand j’étais petit – Evier Metal.

 

Texte : © Cat pour boosteleson

Photos : © Hugues chantepie

 

Cliquez sur les photos ci-dessous !